Bestiaire

Nul besoin d’inventer des animaux fabuleux — licornes, griffons et centaures — quand ceux-ci peuplent déjà le monde réel : pour le voir, il suffit de poser un œil vierge sur le lion et sa crinière, le cou de la girafe, le rhino caparaçonné, le tamanoir décousu, le requin-lutin cubiste, le singe partouzeur et la grue monogame, le lézard ancestral et les bioluminescences futuristes des abysses, la fantasmagorie bariolée des parades nuptiales, la limule et le silure, le condor et le colibri, les braves toutous et les chatons et tant de merveilles encore qu’on ne les découvrira jamais toutes. Au beau milieu de ce jardin enchanté trône à l’inverse une espèce qui surpasse les pires cauchemars de la science-fiction : l’humain technologiquement augmenté.

Tautologie publicitaire

Il existe un type bien identifiable de publicité tautologique : elle se présente généralement comme une longue succession de plans sans rapport, censés sublimer toutes les situations de la vie, soutenus par une charmante rengaine d’électro-pop easy listening, entraînante ou mélancolique. Elle nous dit vous êtes comme ci, vous êtes comme ça, vous faites ceci, vous faites cela, et nous représente à tous les âges d’une vie parfaite, conforme à tous les critères admis de réussite et de bonheur Poursuivre la lecture →

Cimentation

Gorgé de soi par accumulation du moi au fil des ansl’homme perd en capacité d’écoute à mesure qu’il vieillit. L’attention à l’égard de l’autre, que favorise l’indétermination poreuse de la jeunesse, disparaît au profit du sentiment unilatéral de sa propre importance, hermétiquement consolidé comme un ciment.