Mi dandy, mi tarzan

Mi dandy, mi tarzan, il a mené sa douce à la plage avec tout le matériel d’un dîner aux chandelles. Ainsi verse-t-il, à intervalles fréquents, dans deux verres à pied, un vin qu’on devine pétillant pour le prestige. Son appareil à musique émet un jazz sirupeux de circonstance, heureusement couvert par le fracas naturel du ressac qui, ici du moins, devrait suffire à l’oreille mélomane. Poursuivre la lecture →

Bestiaire

Nul besoin d’inventer des animaux fabuleux — licornes, griffons et centaures — quand ceux-ci peuplent déjà le monde réel : pour le voir, il suffit de poser un œil vierge sur le lion et sa crinière, le cou de la girafe, le rhino caparaçonné, le tamanoir décousu, le requin-lutin cubiste, le singe partouzeur et la grue monogame, le lézard ancestral et les bioluminescences futuristes des abysses, la fantasmagorie bariolée des parades nuptiales, la limule et le silure, le condor et le colibri, les braves toutous et les chatons et tant de merveilles encore qu’on ne les découvrira jamais toutes. Au beau milieu de ce jardin enchanté trône à l’inverse une espèce qui surpasse les pires cauchemars de la science-fiction : l’humain technologiquement augmenté.