Post-littérature

Le marigot 2.0 de la post-littérature

Résumé de l’épisode précédent : où l’auteur prend la décision d’autoéditer son dernier roman.

Alors, parallèlement à cette démarche en gestation, j’ai souhaité être lu et tenter de me faire modestement connaître ; je me suis donc mis à rendre certains de mes textes publics, par les moyens qu’offre au moins l’époque, sans l’intermédiaire du livre, comme écrivain virtuel à destination d’un public tout aussi virtuel. Puisant dans un stock auquel j’ai désormais peu le temps de pourvoir, je publie donc au compte-goutte sur mon site (ici même) des notes du journal que je tiens depuis 2016 — site que j’ai mis en ligne moi-même avec mes petites mains prolongées d’un clavier commandant des applicatifs qui ont fait le travail pour moi, puisque comment ça marche, au fond, je n’en sais rien, et pourtant ça marche, c’est merveilleux, et c’est bien en cela que les machines nous contrôlent.

Poursuivre la lecture →