Post-mortem

Désespérant qu’on le publie de son vivant, l’écrivain à l’estime de soi excessive ne doutait pas un instant que la gloire posthume arrivât ; il écrivit jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Hélas, personne ne sut jamais rien de ses textes, qu’un accès de paranoïa l’avait fait jalousement enterrer dans son jardin.