Caractères Broderies hautement subjectives.

Deuxième vague (Partie 4)

Petite satire par gros temps

Lire l’épisode précédent

Démunis, on s’en remit à la science qui saurait bien nous tirer d’affaires par un tour de passe-passe dont elle aurait le secret. Le profane se réveille un beau matin pour voir la nouvelle tomber du journal, et il est déjà prêt à faire la queue : on a breveté un vaccin, un traitement d’huiles essentielles, une combinaison en plexiglas (Hygiaphone en option) ; n’importe quoi, la bombe atomique s’il le faut, pourvu que tout redevienne comme avant.

Continue Reading

Caractères

17 décembre 2020

Read More

Deuxième vague (Partie 3)

Petite satire par gros temps

Lire l’épisode précédent

Bien sûr, des masques, on s’en pouvait aussi coudre à domicile dans son tissu fantaisie préféré, Spiderman ou Reine des neiges, à condition d’être calé en couture — ainsi qu’en normes d’hygiène certifiées par l’AFNOR. C’était toujours l’occasion de voir quelque tutoriel en ligne, pour qui aime la patine exotique. Le tout étant qu’on le porte partout, tout le temps, son masque, sur le Mont Blanc et dans le désert, au fond des océans, à la selle et dans son lit, sans jamais se palper le visage, ce geste incontinent qui nous prend deux cent soixante-trois fois par jour.

Continue Reading

Caractères

30 novembre 2020

Read More

Deuxième vague (Partie 2)

Petite satire par gros temps

Lire l’épisode précédent

Après application du gel, on doit encore fermer le flacon, donc tripoter le bouchon : qui pourra me garantir que cette surface est saine ? N’est-ce pas jouer avec le feu ? — ce qui, soit dit en passant, n’en ferait rien de moins qu’un cocktail Molotov… Ne vaut-il pas mieux prévoir un deuxième flacon, pour se désinfecter du premier, puis un troisième, pour se désinfecter du deuxième, et ainsi de suite, de sorte que l’hypocondriaque connaîtrait les vertiges de l’infini dès la moindre poignée de porte ?

Continue Reading

Caractères

19 novembre 2020

Read More

Deuxième vague (Partie 1)

Petite satire par gros temps

À peine au creux de la première, il fut question de la deuxième, et pour cause : les vagues ça vogue en escadrilles ou ce ne sont pas des vagues. Une fois qu’on est pris dans la marée, chaque autre vague suivra ; amabilité de la Lune. Autant s’initier tout de suite à la planche, non pas de surf, mais de salut : terre ferme à jamais meuble sous nos pieds.

Continue Reading

Caractères

9 novembre 2020

Read More

Souvenir de Manosque (2)

Seconde partie : La chipo, la guêpe et Jean Giono

Les guêpes apparemment sont carnivores.

Nous dînons sur la terrasse. L’une d’elles s’intéresse de près à nos chipos et nos merguez. Comme elle tourne autour de nos assiettes en rase-motte épileptique, menaçant au moindre écart de nous piquer, nous finissons par l’appâter avec une petite entame de saucisse.

Continue Reading

Caractères

31 juillet 2019

Read More

Souvenir de Manosque (1)

Première partie : « Vous êtes écrivains ? »

Séjour à Manosque dans une petite maison de pierre à quelques minutes de la vieille ville piétonne.

Deux pièces dont une chambre sous le toit, un intérieur modeste, ravissant et pratique, meublé de bois, ouvert par un perron sur le jardin. Le strict nécessaire à la vie douce.

Continue Reading

Caractères

23 juillet 2019

Read More

Ces invraisemblables brouillaminis

Au sujets des multiples digressions qu’il entortille gaiement dans La Vie et les opinions de Tristram Shandy, Laurence Sterne écrit quelque part dans le volume VIII :

« Ne dirait-on pas que je prends plaisir à me jeter dans ces invraisemblables brouillaminis uniquement pour découvrir par quels moyens inédits je réussirai à en sortir ! » 1  

Continue Reading

Caractères

2 juillet 2019

Read More

Penser trop

Vu ce titre dans le métro, entre les mains d’une lectrice absorbée : Je pense trop.

Un sous-titre mêlant jargons du coach et du plombier — Comment canaliser ce mental envahissant ? — précise l’argument commercial : un livre qui, à défaut de vous débarrasser de vos soucis, prétend vous apprendre à ne pas les ressasser.

Continue Reading

Caractères

10 février 2019

Read More

Découdre la langue

Est suspecte une maison d’édition qui convoque pour décrire sa ligne des géants par ailleurs tout à fait absents de son catalogue. L’une par exemple se réclame sans rire de Kafka, de Musil, de Gombrowicz, et même d’auteurs vivants, comme Chevillard, qu’elle ne publie pourtant pas. Comble du vice, elle glisse dans le tas les noms de quelques uns de ses poulains, comme on fourgue une vieille camelote sous emballage pimpant, ni vu ni connu j’t’embrouille.

Continue Reading

Caractères

16 décembre 2018

Read More

Jargon militant

Rien de tel que de jargonner pour se donner de grands airs militants. Le jargon jargonnant délimite un champ lexical pour initiés, à quoi se reconnaissent entre eux les bienfaiteurs de la cause, et grâce auquel ils se désignent pour ennemis les profanes qui n’en manient pas les concepts selon toutes les rigueurs de la Sainte Doctrine.

Tyrannie des systèmes théoriquement clos : le jargon militant engendre lui-même les clivages qui viendront alimenter ses revendications.

Caractères

1 novembre 2018

Read More