Poésie

Poésie Open Bar

Résumé de l’épisode précédent : où l’auteur réfléchit à la pullulante vocation d’écrivain sous le régime de la communication en ligne.

Commençons par faire leur sort aux poètes. Twitter grouille d’aspirants poètes, ou mieux : de soupirants poètes, ah ça oui qui soupirent, et se pâment d’extase dégoulinante en d’atroces vers de mirliton. Odes à l’amitié, à l’amour, aux jolies fleurs et aux p’tits zozios, ou noirs cantiques gémissant le malheur du monde, gavés selon d’espoir ou de désespoir, de liberté ou de fatalité, et d’autres ectoplasmes grandioses ; grosses ficelles et vocabulaire ampoulé, de rimes pauvres en allitérations atterrantes, d’anaphores balourdes en acrostiches puérils, littéralité pataude un jour et charabia insensé le lendemain, il y en a pour tous les goûts à la cour des miracles élégiaques.

Poursuivre la lecture →