Deuxième vague (Partie 3)

Petite satire par gros temps

Lire l’épisode précédent

Bien sûr, des masques, on s’en pouvait aussi coudre à domicile dans son tissu fantaisie préféré, Spiderman ou Reine des neiges, à condition d’être calé en couture — ainsi qu’en normes d’hygiène certifiées par l’AFNOR. C’était toujours l’occasion de voir quelque tutoriel en ligne, pour qui aime la patine exotique. Le tout étant qu’on le porte partout, tout le temps, son masque, sur le Mont Blanc et dans le désert, au fond des océans, à la selle et dans son lit, sans jamais se palper le visage, ce geste incontinent qui nous prend deux cent soixante-trois fois par jour.

Continue Reading

Caractères

30 novembre 2020

Read More

Deuxième vague (Partie 2)

Petite satire par gros temps

Lire l’épisode précédent

Après application du gel, on doit encore fermer le flacon, donc tripoter le bouchon : qui pourra me garantir que cette surface est saine ? N’est-ce pas jouer avec le feu ? — ce qui, soit dit en passant, n’en ferait rien de moins qu’un cocktail Molotov… Ne vaut-il pas mieux prévoir un deuxième flacon, pour se désinfecter du premier, puis un troisième, pour se désinfecter du deuxième, et ainsi de suite, de sorte que l’hypocondriaque connaîtrait les vertiges de l’infini dès la moindre poignée de porte ?

Continue Reading

Caractères

19 novembre 2020

Read More

Deuxième vague (Partie 1)

Petite satire par gros temps

À peine au creux de la première, il fut question de la deuxième, et pour cause : les vagues ça vogue en escadrilles ou ce ne sont pas des vagues. Une fois qu’on est pris dans la marée, chaque autre vague suivra ; amabilité de la Lune. Autant s’initier tout de suite à la planche, non pas de surf, mais de salut : terre ferme à jamais meuble sous nos pieds.

Continue Reading

Caractères

9 novembre 2020

Read More

Dernier souffle

L’écrivain maudit sur son lit de mort s’adresse une dernière fois à son fils :

« J’ai mis de l’ordre dans mes manuscrits. Tu en trouveras au moins trente absolument dignes d’être publiés. Je t’ai laissé une liste d’éditeurs, par centaines, sans compter ceux qui te restent à dénicher : ça pousse comme de la mauvaise herbe. Je te passe le flambeau, j’ai confiance ; là où j’ai échoué, tu finiras par réussir. Et maintenant, sois gentil, laisse-moi mourir, que je rêve enfin à ma postérité. »

Maudit

6 novembre 2020

Read More

Jouvence

Jouvence est mon troisième roman. C'est une drôle d'histoire.

Continue Reading

Roman

17 septembre 2020

Read More

Raconter une histoire

Épisode 8/8

Résumé de l’épisode précédent : où l’auteur s’en prend aux algorithmes.

Mais — assez cogné. Si tant est qu’on me lise, je n’échapperai pas à la critique : « Stratégie de distinction ! Comme Gombrowicz ! Comme tout le monde ! » — opposera-t-on à ma thèse illuminée. Comme Gombrowicz, peut-être ; comme tout le monde : sûrement pas. Car ici je prêche pour moi seul — alentour, aucune chapelle à défendre, aucun mouvement, aucun cénacle — mon désert ; une affaire entre mon lecteur virtuel, la littérature et moi.

Continue Reading

Manifeste

10 juin 2020

Read More

Littérature du futur, ou le règne de la quantité

Épisode 7/8

Résumé de l’épisode précédent : Où l’auteur éreinte un peu, entre autres, le pape français de « l’écriture sans écriture ».

Il se veut d’ailleurs à la pointe de la technique mais apparaît dépassé. Plus jeunes et baignant dans le code, ses émules rendent enfin pleinement effectif le concept d’« écriture sans écriture », grâce aux algorithmes.

Continue Reading

Manifeste

27 mai 2020

Read More

L’écriture sans écriture

Épisode 6/8

Résumé de l’épisode précédent : où l’auteur s’inquiète de ce que les sociologues se mêlent un peu trop de littérature, à laquelle ils sont pourtant désespérément insensibles.

Dans une sorte de mouvement contraposé, on trouvera les mêmes qui s’appliquent d’un côté à déprécier la valeur de toute tradition artistique, plaidant avec zèle de l’autre pour qu’on hisse au rang d’art : le jeu vidéo — on comprend d’ailleurs mal à quoi bon, puisqu’une fois celui-ci consacré, il faudrait implacablement le démolir ?

Continue Reading

Manifeste

13 mai 2020

Read More

La sociologie contre la littérature

Épisode 5/8

Résumé de l’épisode précédent : où l’auteur soutient que certaines littératures valent mieux que d’autres.

Il est une discipline que caractérise une pratique autonome de l’écriture aux antipodes de la démarche littéraire (science et vérité d’un côté, art et fiction de l’autre) mais sœur dans l’intention (saisir le phénomène) : la sociologie, actuellement portée par une corporation qui, pour certains de ses courants, aime à nier la singularité de l’œuvre de génie. Des sociologues qui disposent parfois d’une audience importante en ligne, incarnant de ce fait une tendance.

Continue Reading

Manifeste

28 avril 2020

Read More

Roman de genre et genre du roman

Épisode 4/8

Résumé de l’épisode précédent : où l’auteur n’est pas tendre avec les faux poètes du web.

On pourra reprocher à l’angélique corporation des poètes de produire n’importe comment du verbe surnuméraire, bon à rien, mais certes non pas d’être vénale, quoique on ne lui en voudrait pas d’être un peu moins prodigue de ses talents. Ce sera plutôt le cas, dans un style volontiers pragmatique, de tous les boutiquiers de l’autoédition qui se revendiquent parfois, pour faire sérieux, de la « littérature spéculative » qu’on appelle aussi, m’informe Wikipédia, la « paralittérature » — serait-elle à la littérature ce qu’est à la pharmacie la parapharmacie : un ersatz inoffensif ? — et qui comprendrait en fait les genres suivants, m’apprend-on encore : le roman d’aventure, le roman policier, le roman de gare, la science-fiction, le roman à l’eau de rose ou encore la littérature de colportage (le prospectus Picard bourrant nonchalamment ma boîte aux lettres relève-t-il officiellement de cette dernière catégorie ?). La littérature spéculative, en somme, c’est de la bonne vieille série B.

Continue Reading

Manifeste

14 avril 2020

Read More